Greffes osseuses pré-implantaires

Chaque fois que cela est possible, il faut privilégier les implants aux autres solutions conventionnelles de remplacement dentaire, pour préserver les dents adjacentes.

La plupart du temps, l’os des mâchoires est suffisant en qualité et en quantité pour recevoir d’emblée un ou plusieurs implants. Dans quelques cas cependant, il faut avoir recours à un apport d’os supplémentaire.

Différentes techniques permettent d’obtenir un volume osseux suffisant après une période de cicatrisation variant de 6 à 9 mois. Selon l’endroit à greffer, le nombre d’implants nécessaires et la quantité d’os à amener, on peut avoir recours soit à de l’os synthétique (os minéral non humain ni animal), soit à votre propre os prélevé sur votre mâchoire, soit à l’association des deux, soit à de l’os de banque.

Une greffe d’os dans le fond du sinus maxillaire permet de remédier à un manque de hauteur osseuse pour les molaires supérieures, il s’agit du « sinus lift » ou « soulevé de sinus », alors que les greffes dites d’apposition, ou les techniques d’expansion de crête, permettent d’augmenter la largeur ou la hauteur de l’os maxillaire et mandibulaire. D’autres techniques existent et peuvent vous être proposées par le chirurgien.

Chaque cas étant différent, on peut avoir recours à une anesthésie locale ou à une anesthésie générale.

Les suites de cette intervention sont essentiellement un œdème plus ou moins important selon l’étendue de la greffe ; les douleurs sont généralement faibles et bien calmées par des antalgiques simples. Les risques de saignement sont très faibles, les répercussions sur votre alimentation peuvent parfois nécessiter de manger froid et mouliné pendant quelques jours.

Ces interventions, quand elles sont liées à la mise en place d’implants dentaires, sont dites « hors nomenclature ». Elles ne peuvent donner lieu ni à un remboursement par les caisses d’assurance maladie, ni à l’établissement d’arrêt maladie. Nous vous conseillons donc de les prévoir suffisamment à l’avance pour vous organiser en fonction de vos périodes de vacances.

Comme toute intervention chirurgicale, même bien conduite par un chirurgien qualifié et dans des conditions satisfaisantes, des complications peuvent survenir. Afin de les éviter au maximum votre chirurgien devra vous voir en consultation pré-opératoire pour vous expliquer la technique appropriée à votre cas, au besoin avoir recours à des examens complémentaires (dentascanner, cone-beam), et vous remettre un devis. Vous devrez lui confier tous les traitements médicaux que vous prenez ou que vous avez pu prendre auparavant. Enfin les consultations de suivi sont indispensables, autant chez votre chirurgien que chez votre dentiste.

Cette fiche d’information n’ayant pas pour but d’être exhaustive, en raison de la multiplicité des techniques de greffes osseuses, nous vous remettrons une fiche de consentement éclairé plus détaillée en plus des explications dispensées en consultation.

Enfin comme pour toute chirurgie, mais encore plus en vue d’une greffe osseuse dans la bouche, nous ne pouvons que vous encourager à arrêter de fumer en vue de cette intervention. Les techniques de greffes osseuses sont très sensibles à la fumée de cigarette, les risques d’échec pouvant être multipliés par 4 ou 5.

Comme pour toute chirurgie de la bouche, quelques règles sont à respecter:

-glacez la joue du coté opéré, pendant au moins 48 heures.

-ne fumez pas, car les greffes osseuse endo-buccales sont extrêmement sensibles au tabac (infection, nécrose, douleur)

-adaptez votre alimentation (froid et liquide pendant 2 jours).

-ne vous mouchez pas pendant 15 jours après un soulevé du sinus.

-suivez les instructions de votre ordonnance post-opératoire, notamment si des antibiotiques y figurent, faites régulièrement vos bains de bouche.

-respectez vos rendez-vous de suivi post-opératoire.