Chirurgie des glandes salivaires

De nombreuses pathologies peuvent atteindre les glandes salivaires, mais les plus fréquentes sont les lithiases, ou calculs salivaires, et les kystes mucoïdes qui sont des kystes bénins. Plus rarement, on retrouve des tumeurs bénignes, des affections infectieuses ou des atteintes liées à des maladies plus générales dites « systémiques ». Enfin, les glandes salivaires peuvent être le siège de tumeurs malignes, mais ceci est très exceptionnel.

Pour les pathologies les plus courantes, les traitements médicamenteux suffisent le plus souvent. En cas de persistance des symptômes, les calculs ou les kystes peuvent nécessiter une opération.

Les différentes glandes salivaires peuvent êtres touchées:

  • les parotides, les plus grosses des glandes salivaires, sous les oreilles et en arrière de la mâchoire
  • les glandes sous-maxillaires, sous le rebord inférieur de la mandibule
  • les sub-linguales, sous la langue
  • les glandes salivaires accessoires, les plus petites, tapissant la quasi totalité de l’intérieur de la bouche

Les calculs ou lithiases sont des petites calcifications, pouvant obstruer les canaux excréteurs de la salive. Ils touchent préférentiellement les glandes sous-maxillaires, plus rarement les parotides. La glande peut être enflammée, gonflée, et être douloureuse. Si le traitement médical ne suffit pas, ou si les épisodes se répètent trop souvent, une chirurgie d’ablation du calcul ou d’ablation de la glande peut être indiquée. Le chirurgien vous expliquera alors la technique opératoire et les suites, qui ne sont pas identiques selon l’intervention. Quelques centres spécialisés proposent le traitement de ces calculs par ultrason (lithotritie) ou par endoscopie.

Les kystes mucoïdes atteignent volontiers le canal excréteur de la glande sous-maxillaire ou de la sub-linguale (grenouillette chez l’enfant), ou bien les glandes salivaires accessoires. Ils peuvent céder seuls ou nécessiter une chirurgie. Là encore, le chirurgien vous expliquera la technique adaptée.

Les tumeurs bénignes atteignent souvent la glande parotide, la plus fréquente est l’adénome pleïomorphe. Dans ce cas, une échographie ou au mieux une IRM sera nécessaire et une chirurgie d’ablation de la parotide peut être indiquée.

L’essentiel est que la majorité des pathologies de ces glandes est bénigne et accessible à un traitement médical. Si une chirurgie est envisagée, les techniques et les suites opératoires peuvent êtres très différentes selon les glandes et les affections. Votre chirurgien vous remettra une fiche d’information et vous expliquera le déroulement de l’opération envisagée.

Le grand nombre de pathologies et d’interventions pouvant être proposées ne permettent pas de définir une conduite à tenir type.

Les conseils post-opératoires vous seront donnés par votre chirurgien, et figurent le cas échéant sur le document d’information post-opératoire qui vous aura été remis.